Bienvenue sur le site de la paroisse François-de-Laval
Une paroisse, deux églises


« La prière est une douce amitié, une familiarité étonnante… C’est un doux entretien d’un enfant avec son Père. »

— Saint Curé d'Ars, Jean Marie Vianney

 
Liturgie

Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, consacrera l'église le 28 avril 2019 lors de la célébration dominicale.

Liturgie

Voici l'horaire des célébrations et une briève description du sens de chaque célébration.

Liturgie

M. Charles Rollet nous raconte la célébration dominicale de l'Eucharistie et l'Onction des malades.

Liturgie

Célébrations du sacrement du bapteme des petits enfants dans la Paroisse.

Parcours de Catéchèse de la Paroisse

Voici le témoignage d'une jeune adulte qui a confirmé sa foi chrétienne

Parcours de Catéchèse de la Paroisse

Deux semaines sans catéchèse à cause de la relèache scolaire.

 

LA PASTORALE RESPONSABLE DANS LA PAROISSE

Politique de l'Église Catholique de Montréal pour les bénévoles et les employés à l'intervention auprès des personnes vulnérables.

Hands, Old, Old Age, Elderly, Vulnerable, Care


 

LE MOT POUR LA SEMAINE

 

 

 

14 avril

La semaine sainte

 

  1. Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur : Un triomphe ambigu, un échec apparent, la victoire définitive de l’amour. L’entrée triomphale à Jérusalem peut être appelée la journée par excellence ‘’du malentendu’’. En effet, pour les disciples, c’est enfin l’accomplissement de ce qu’ils espéraient. Jésus va prendre possession de la ville royale, de la ville sainte. C’est l’inauguration du Royaume, leur royaume. Pour Jésus, c’est à la fois cela et toute autre chose. Au-delà du succès apparent, Jésus voit l’avenir, son rejet, sa condamnation. S’il vient inaugurer le Royaume, il s’agit du Royaume de Dieu et non celui des hommes. En commémorant par une procession solennelle la journée des rameaux, puissions-nous nous orienter vers le sacrifice du Christ qui donne sens à l’évènement.
  2. Mercredi saint 17 avril : MESSE CHRISMALE :

La messe chrismale sera présidée par notre Archevêque et concélébrée avec les prêtres du Diocèse, à 19 h 30 à la B.-Cathédrale Marie-reine-du-Monde. La bénédiction de l’huile des catéchumènes, celle des malades et la consécration du saint-chrême, représentent en quelque sorte la grâce de Notre Seigneur Jésus répandue sur les différentes composantes du Diocèse : les paroisses, sanctuaires, communautés religieuses et hôpitaux. Nous y trouvons un signe particulièrement fort de notre unité dans la réalisation de la Mission que le Seigneur Jésus nous a confiée. Ensemble nous représentons les membres du Corps Mystique du Christ qui est à Montréal, hommes, femmes, enfants, personnes âgées, religieuses et religieux, membres des Instituts de vie consacrée, séminaristes, diacres, sans oublier les prêtres, ces indispensables collaborateurs et les évêques. Bienvenue à tous!

  1. TRIDUUM PASCAL :  DE LA PASSION ET DE LA RÉSURRECTION : « SOMMET DE L’ANNÉE LITURGIQUE ! »

Le Christ a accompli l’Œuvre de la Rédemption des hommes et de la parfaite glorification de Dieu, principalement dans son Mystère pascal, par lequel, en mourant, il a détruit notre mort et en ressuscitant, il a restauré la Vie. Aussi, le Triduum pascal de la Passion et de la Résurrection du Seigneur brille-t-il comme le sommet de l’année liturgique. De même que le dimanche constitue le sommet de la semaine, la solennité de Pâques constitue le sommet de l’année liturgique.  Le Triduum pascal de la Passion et de la Résurrection du Seigneur commence avec la messe du soir, le Jeudi saint, atteint son sommet dans la Veillée pascale et il se termine avec les vêpres du dimanche de Pâques.

 

7 avril

LE CARÊME...Vème dimanche

JUSQU'OÙ ME SUIVRAS-TU?

Dimanche dernier,  le Seigneur nous invitait à la fête de la miséricorde à travers la parabole du Père prodigue. Le 5ème dimanche de Carême-  celui des Prophètes- nous demande de nous engager sur le chemin de la conversion. .En effet, le prophète Isaïe annonce le grand dessein de Dieu qui est de renouveler toutes choses.  Et pour Paul, c'est le Christ qui devait opérer ce renouvellement, car sa mort et sa résurrection ont fait l'homme nouveau, dont Paul est le type accompli. Le Christ est en permanence la source de tout renouveau, lui qui pardonne le péché de quiconque a été adultère par infidélité à son Dieu.

En ce jour où nous sommes invités à la célébration communautaire du pardon, trouvons dans l'Eucharistie un appel à la conversion.  Eucharistie et pénitence se renvoient l'une à l'autre., parce qu'elle est manifestation de l'accueil miséricordieux du Seigneur.  L'Eucharistie nous appelle à la conversion. À celui qui s'en approche avec foi, elle annonce un pardon qui se manifeste explicitement dans la Pénitence. Inversement, la pénitence ne se comprend vraiment qu'en référence à cette rencontre eucharistique qui lui donne tout son sens d'échange d'amour.

Bienvenue à la fête de la miséricorde cet après-midi, 14h30 à l'église saint Gilles.

C'est aussi le Dimanche de Carême de Partage. Merci de votre générosité pour permettre à Développement et Paix de  poursuivre sa mission auprès de ses Partenaires.

C'est à la lumière de ce geste de solidarité et de partage avec des frères et sœurs démunis que nous pouvons comprendre le 4ème symbole: un plat à partager. Ce plat à partager symbolise justement la solidarité, la culture de la rencontre ainsi que les liens de vie entre les migrantes et les migrants forcés et leur communauté d'accueil. Ce symbole fait aussi référence à l'espoir que les migrantes et migrantes forcés ont de rencontrer sur leur chemin des personnes qui leur tendent la main.

                               BON 5ème dimanche de CARÊME!

Pour vous un frère et un pasteur Edgar PHONGI MVUBU

31 mars

LE CARÊME...IVème dimanche

JUSQU'OÙ ME SUIVRAS-TU?

Le 4ème dimanche de Carême peut être appelé Dimanche d’Israël à la lumière du message du livre de Josué. En effet, après avoir cheminé dans le désert durant 40 années, Israël pénétra dans la terre promise où il célébra la Pâque. L’Évangile – à travers la parabole de l’enfant prodigue-  nous appelle à la fête de la miséricorde divine. C’est en fin de compte la parabole du Père prodigue. N’est ce pas seul celui qui a soif connaît le goût de l’eau, ou encore celui qui a eu faim du pain qui perçoit la saveur du pain? N’est-ce pas que seul celui qui a connu la solitude et une profonde détresse peut comprendre la valeur de l’accueil? N’est-ce pas que seul celui qui a pris conscience de sa faute envers quelqu’un qu’on aime découvre la force et la grandeur du pardon?

Oui, nous sommes tous des pécheurs, mais des pécheurs pardonnés. En nous appelant aujourd’hui à la fête de la miséricorde divine, le Seigneur nous invite à en prendre conscience, car il nous arrive de l’ignorer, tellement nous sommes enfermés en nous-mêmes, dans nos appétits et nos désirs limités. Nous ignorons ce qui nous est offert, ce qui nous manque. Nous sommes appelés à démasquer nos fausses sécurités, nos profondes détresses.

Comment alors comprendre l’Eucharistie? L’Eucharistie devient un festin qui nous manifeste- comme pécheurs- la miséricorde divine. La messe n’est plus considérée comme un  devoir à accomplir par simple obéissance à une loi et le rite pénitentiel comme un rite formel qui nous redonne bonne conscience.  L’Eucharistie est un repas de fête qui nous assure l’amour miséricordieux d’un Dieu qui attend notre retour à lui. Alors, la question qui se pose est de savoir : quand cesseras-tu de venir à la messe avec la mentalité du fils aîné de la parabole?

En participant à cette fête de la miséricorde divine, puissions –nous nous ouvrir les yeux pour reconnaître l’amour de Dieu et à y répondre par l’amour!

 

BON 4ème dimanche de CARÊME À TOUTES ET À TOUS!

 

Pour vous un frère et un pasteur Edgar PHONGI MVUBU

24 mars

LE CARÊME...iii ème dimanche

JUSQU'OÙ ME SUIVRAS-TU?

Nous voici presqu’ à mi-chemin de notre chemin qui mène à Pâques. Quarante jours, c’est court! Il y a urgence! C'est le 3ème dimanche de Carême que nous pouvons appeler : Dimanche de Moïse. Les 2 premières lectures nous reportent aux événements majeurs de l’Ancien Testament : Dieu se révèle à Moïse sur le Sinaï comme Celui qui est et il le charge de libérer son peuple pour l’introduire dans la terre de la liberté.

L’Évangile nous invite tous à la pénitence et nous assure que nous ne devons pas voir dans les catastrophes naturelles, dans la violence des hommes, des sanctions de Dieu contre ceux qui les subissent, mais un appel à nous tenir en permanence entre les mains de notre Père.  Notre Dieu est comme un jardinier qui prend patience pour que nous produisions des fruits en abondance, en temps voulu. Le Dieu de ce 3ème dimanche est un Dieu Patience.

L’Eucharistie est une nourriture spirituelle qui nous engage à aller de l’avant à la suite du Christ. Il est vrai que l’Eucharistie ne nous offre aucun avantage matériel dans le désir duquel nous pourrions nous enfermer. Faisant appel à notre foi, elle nous provoque à une vision spirituelle de notre vie. Elle nous arrache à l’étroitesse de nos faims. Elle nous invite à avancer sur le chemin de l’amour, vers le Dieu Absolu qui veut nous libérer.

Merci Seigneur pour l’Eucharistie, don de Dieu pour la vie du monde!

 

BON 3ème dimanche de CARÊME À TOUTES ET À TOUS!

 

Pour vous un frère et un pasteur Edgar PHONGI MVUBU

17 mars

LE CARÊME...ii ème dimanche

JUSQU'OÙ ME SUIVRAS-TU?

C'est le 2ème dimanche de Carême que nous pouvons appeler : dimanche d’Abraham et de la Transfiguration. Abraham, père des croyants, a cru à la Parole, et sa foi lui a valu l’amitié de Dieu avec qui il nouera une alliance. Et Dieu, dans l’évangile, nous présente son Fils transfiguré et attend de nous la même démarche de foi qui nous introduira dans le monde de la Résurrection et de la gloire comme nous dit la 2ème lecture.

À l’image de la Parole de Dieu nous proposée aujourd’hui, notre Dieu apparaît comme le Dieu lumière, le Dieu de gloire. Les symboles en sont : un brasier fumant et une torche enflammée (1ère lecture), le Seigneur est ma lumière et mon salut (Psaume), il transformera nos pauvres corps pareils à son corps glorieux (2ème lecture) et enfin : ses vêtements devinrent d’une blancheur éclatante (Évangile).

Oui, nous sommes toujours tournés vers un avenir de lumière, toujours en marche pleins d’espérance!

L’Eucharistie devient comme la lumière voilée qui éclaire notre route. La célébration eucharistique est une sorte d’arrêt sur notre route, à la suite de Jésus. Elle nous dévoile le sens de notre marche : la rencontre d’amour avec Dieu, père qui nous aime, et avec nos frères et sœurs.

Mais, tels les apôtres, nous ne percevons pas toujours bien cette lumière. Puisse le Seigneur nous donner de mieux percevoir toute la promesse de plénitude résumée dans son Eucharistie, Mémorial de sa passion et de  sa Résurrection. Nous pourrons alors reprendre notre route avec courage, en dépit des obstacles.

BON CARÊME À TOUTES ET À TOUS!

Pour vous un frère et un pasteur Edgar PHONGI MVUBU

10 mars

LE CARÊME...

JUSQU'OÙ ME SUIVRAS -TU?

C'est reparti! C'est déjà le Carême? Oui, cette période de 40 jours est là : un temps fort pour nous permettre de nous préparer à vivre intensément les fêtes pascales.

Il est avant tout une période marquée par le souvenir des « Temps forts» du peuple de Dieu dont l'Exode fut le premier. Il est ensuite une période au cours de laquelle les chrétiens sont invités à se détourner de ce qui leur masque  les vrais biens, pour se retourner vers Dieu.  C'est dans cette perspective qu'il faut comprendre le programme que l'Église nous propose à savoir : le jeûne, la prière, le partage.  Le thème du Carême de l'année liturgique C nous y invite intensément à travers la question: jusqu'où me suivras -tu?  en nous invitant à faire, une fois de plus, de ce Carême un temps de prière, de partage et de pardon: une marche aux côtés de Jésus. Un temps de prière pour nous mettre à l'écoute du Seigneur qui nous parle, de partage qui est une conséquence de notre prière actualisée ainsi que du pardon de notre Dieu qui est miséricorde et de la réconciliation avec le prochain.

Le Carême est aussi une période marquée par une pratique intense des sacrements. En effet, il reste un temps privilégié de préparation des catéchumènes au Baptême et à l'Eucharistie, célébrés au cours de la nuit de Pâques.

Le carême est une période qui prend tout son sens par la Semaine Pascale qui l'achève. Temps de préparation , le carême est une préparation dont le terme est Pâques, c'est-à-dire la Résurrection à laquelle nous sommes appelés à participer.

Enfin , le carême sera un temps que la liturgie éclaire en nous faisant méditer l'évangile de saint Jean qui met si bien en valeur les grands symbolismes chrétiens.

Avec le psalmiste nous pouvons dire: Seigneur, fais entrer ma prière dans tes oreilles ( Ps 85) et avec saint Augustin: Vous voulez que votre prière atteigne les oreilles de Dieu? Faites pénétrer sa Loi dans votre coeur.

Le carême s'ouvre le Mercredi des Cendres sous l'appel: « Convertissez-vous et croyez à l'évangile».

BON CARÊME À TOUS ET À TOUTES!

Pour vous un frère et un pasteur Edgar PHONGI MVUBU

 

3 mars

LE CARÊME...

JUSQU'OÙ ME SUIVRAS -TU?

C'est reparti! C'est déjà le Carême? Oui, cette période de 40 jours est là : un temps fort pour nous permettre de nous préparer à vivre intensément les fêtes pascales.

Il est avant tout une période marquée par le souvenir des « Temps forts» du peuple de Dieu dont l'Exode fut le premier. Il est ensuite une période au cours de laquelle les chrétiens sont invités à se détourner de ce qui leur masque  les vrais biens, pour se retourner vers Dieu.  C'est dans cette perspective qu'il faut comprendre le programme que l'Église nous propose à savoir : le jeûne, la prière, le partage.  Le thème du Carême de l'année liturgique C nous y invite intensément à travers la question: jusqu'où me suivras -tu?  en nous invitant à faire, une fois de plus, de ce Carême un temps de prière, de partage et de pardon: une marche aux côtés de Jésus. Un temps de prière pour nous mettre à l'écoute du Seigneur qui nous parle, de partage qui est une conséquence de notre prière actualisée ainsi que du pardon de notre Dieu qui est miséricorde et de la réconciliation avec le prochain.

Le Carême est aussi une période marquée par une pratique intense des sacrements. En effet, il reste un temps privilégié de préparation des catéchumènes au Baptême et à l'Eucharistie, célébrés au cours de la nuit de Pâques.

Le carême est une période qui prend tout son sens par la Semaine Pascale qui l'achève. Temps de préparation , le carême est une préparation dont le terme est Pâques, c'est-à-dire la Résurrection à laquelle nous sommes appelés à participer.

Enfin , le carême sera un temps que la liturgie éclaire en nous faisant méditer l'évangile de saint Jean qui met si bien en valeur les grands symbolismes chrétiens.

Avec le psalmiste nous pouvons dire: Seigneur, fais entrer ma prière dans tes oreilles ( Ps 85) et avec saint Augustin: Vous voulez que votre prière atteigne les oreilles de Dieu? Faites pénétrer sa Loi dans votre coeur.

Le carême s'ouvre le Mercredi des Cendres sous l'appel: « Convertissez-vous et croyez à l'évangile».

BON CARÊME À TOUS ET À TOUTES!

Pour vous un frère et un pasteur Edgar PHONGI MVUBU