Bienvenue sur le site de la paroisse François-de-Laval
Une paroisse, deux églises


Le bien reste le bien même si personne ne le fait; le mal reste le mal même si tout le monde le fait.

— Saint Augustin de Hippone

 
Parcours de Catéchèse de la Paroisse

Célébrations du sacrement de la Confirmation dans notre Paroisse, par Mgr. Alain Faubert, évêque auxiliaire de Montréal.

27 janvier, église St-Gilles

Liturgie

Célébration des baptêmes au cours du mois de Janvier 2018

21 janvier, église St-Gilles

Liturgie

Célébration dominicale solennité de l'Épiphanie, église St-Gilles 11h.

La vie de la Paroisse

Feuillet d'automne, horaire des célébrations de Noël,

Formation

Soirée d'information pour les bénévoles de la Paroisse sur la politique de la "Pastorale responsable" à l'église St-Louis de Montfort.

Parcours de Catéchèse de la Paroisse

Inscription aux parcours de catéchèse de l'initiation à la foi chrétienne dans la Paroisse.


 

LE MOT POUR LA SEMAINE

 

 

 

11 février

Quand cesserons-nous de multiplier le mal du monde?

Voilà la question qui fait suite à celle du dimanche dernier à savoir : Quelle voie suivre pour vaincre le mal?

Tout le monde semble scandalisé par le mal qui se fait devant nous et notre propre mal ne fait pas partie du mal qui ronge le monde! L’enfer, c’est l’autre comme disait le philosophe Jean Paul Sartre!

Comment comprendre notre volonté à éradiquer la faim, la maladie alors que notre attitude n’est pas pure? Elle est rarement le fruit d’une réelle compassion pour les autres. Soyons francs! Elle est plus souvent l’expression du désir d’échapper nous-mêmes à la pensée de quelque chose qui pourrait nous atteindre nous-mêmes.

Pour en prendre vraiment conscience, il suffit de réfléchir à la manière dont nous mettons spontanément à l’écart tous ceux qui souffrent, même quand nous leur donnons de nos biens. Mais, ce faisant, nous redoublons le premier mal par un second, pire encore : nous détruisons la communauté hors de laquelle l’homme ne peut pourtant vivre.

 

Le Christ est celui qui brise ce cercle vicieux et nous invite à le briser nous-mêmes et entre nous. Il combat le mal sous toutes ses formes, mais en accueillant la misère des autres et en acceptant de prendre sur lui-même la souffrance du monde. Quel bel exemple du Maître à imiter! Comment nous y prendre?

En prenant davantage conscience que l’Eucharistie est ce repas qui contredit tout exclusivisme. On ne peut pas participer à la messe et exclure les autres de son environnement immédiat.

Dans quel esprit est-ce que je participe à l’Eucharistie? Lorsque je m’approche du Seigneur, suis-je réellement débarrassé de la lèpre qui infecte le monde et détruit la communauté? Réfléchissons –y!

 

BON DIMANCHE ET BONNE SEMAINE

Edgar PHONGI MVUBU, pasteur

4 février

Quelle voie suivre pour vaincre le mal?

En nous posant cette question, c'est à la fois affirmer que le mal existe, mais qu'il peut être vaincu. Quelle bonne nouvelle de savoir que certains maux ne sont pas fatals. En effet, on peut guérir des maladies, faire face aux misères sociales ou psychologiques. Ceci concerne aussi les problèmes comme le sous-développement, les injustices et le manque de paix. Tout peut être vaincu grâce à la volonté politique, à un élan de solidarité et de partage avec les plus démunis, bref avec un peu d'amour dans le cœur.

Cela est possible chaque fois que des hommes et des femmes de bonne volonté proposent toutes sortes de solution en termes : il faudrait que..., il suffirait de ...

Est-il possible d'échapper un jour au mal sinon à la mort? Voila la question!

Oui, les textes liturgiques de ce 5ème dimanche affirment avec force que le mal peut être vaincu.  Mais comment? Nous sommes invités avant tout à situer exactement le mal et comprendre ce qu'est la vraie vie.

La victoire sur la maladie ou les misères de toutes sortes ne peut être que le couronnement d'une existence renouvelée où l'être humain échappera à l'étroitesse de ses vues, pour s'ouvrir à la perfection de l'amour. C'est en acceptant de faire éclater des limites liées à sa mesquinerie que le croyant fait naître un monde effaçant définitivement le mal.

As-tu compris la voie pour vaincre le mal? Oui! Comprendre est une chose, mais est-ce que tu es prêt à choisir cette voie pour la suivre?  La balle est dans ton camp!

Savez-vous que l'Eucharistie que nous célébrons est un appel à entrer dans cet univers de partage et de solidarité? En effet, l'Eucharistie est pain de vie ou don de Dieu pour la vie du monde. Elle l'est, non par une sorte d'efficacité automatique, mais parce qu'elle nous arrache à notre vision pécheresse d'un univers limité à nos préoccupations, en nous faisant entrer dans un monde de don et de partage. Notre messe est-elle réellement acceptation de ce monde? Si oui, alors nous sommes des vivants capables de vaincre le mal. Nous sommes dans la bonne voie! Go!

BON DIMANCHE ET BONNE SEMAINE

Edgar PHONGI MVUBU, pasteur

 

28 janvier

4ème dimanche Ordinaire  B

 La Parole de Dieu chasse le mal et fait jaillir la vie

« Si Dieu existait, il n'y aurait pas de mal dans le monde.»

Que de fois on entend de tels propos ou de telles réflexions! Que de fois cette réflexion jaillit même à la pensée de ceux qui se disent chrétiens, lorsque la souffrance se fait trop lourd.  C'est vrai: entre Dieu et le mal, il y a contradiction. C'est bien pourquoi, dans l'Évangile de ce dimanche, saint Marc montre que, là où Jésus parle, l'«esprit mauvais» fuit.

Mais faisons bien attention à bien comprendre son action . Les signes d'un monde renouvelé que le Christ nous donne ne signifient pas disparition immédiate et quasi magique de tout ce qui nous meurtrit. Ils sont à comprendre comme des signes prophétiques d'un monde à venir. Mais ce monde renouvelé ne peut naître que par la puissance d'un amour qui s'affirme à travers la mort. C'est à travers sa passion que Jésus affirmera un Royaume de l'amour sur lequel le mal sera sans prises.

Avouons que cette vérité est dure à entendre et à comprendre, même pour qui a une foi inébranlable. En effet, elle contredit notre attente la plus spontanée; en nous invitant à découvrir une puissance de Dieu autre que celle que nous désirons. C'est la raison pour laquelle Jésus interdit qu'on diffuse la nouvelle de ses miracles dont la signification ne pourra être comprise vraiment qu'au-delà d'une mort qu'il a lui-même assumée, malgré son caractère scandaleux.

C'est dans ce contexte que nous pouvons comprendre l'Eucharistie comme l'annonce prophétique d'un monde renouvelé.  Par la participation à l'Eucharistie, nous recevons un pain de vie. Déjà, à travers lui, s'affirme un monde nouveau qui nous donne d'échapper au mal, non en le supprimant, mais en nous donnant de vivre de l'amour même de Dieu.

Pénétrés par cet amour, nous sommes invités à notre tour, à donner des signes prophétiques de ce qu'est ce Royaume, en luttant dès maintenant contre toute misère et toute souffrance autour de nous!

La grâce du Seigneur nous suffit!

 

BON DIMANCHE ET BONNE SEMAINE

Edgar PHONGI MVUBU, pasteur