Bienvenue sur le site de la paroisse François-de-Laval
Une paroisse, deux églises


Si tu remerciais Dieu pour toutes les joies qu'il te donne, il ne te resterait plus de temps pour te plaindre.

— Johannes Eckhart

 
La vie de la Paroisse

Feuillet d'automne, horaire des célébrations de Noël,

Liturgie

Au mois d'Octobre, nous avons partagé la joie des familles qui ont demandé le baptême pour leur petit enfant.

15 octobre, église St-Louis de Montfort

22 octobre, église St-Gilles

Formation

Soirée d'information pour les bénévoles de la Paroisse sur la politique de la "Pastorale responsable" à l'église St-Louis de Montfort.

Parcours de Catéchèse de la Paroisse

Inscription aux parcours de catéchèse de l'initiation à la foi chrétienne dans la Paroisse.

La vie de la Paroisse

Levée de fonds au profit de la Paroisse en collaboration avec la Fromagerie de l'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac


 

LE MOT POUR LA SEMAINE

 

 

 

Réflexion dominicale en lien avec la Parole de Dieu.

 

29 octobre

XXXème  dimanche ordinaire A : Amour de Dieu et amour des autres ne sont pas dissociables!

 

Aujourd'hui encore, beaucoup de nos frères et sœurs sont tentés d'opposer l'amour de Dieu et l'amour des hommes. Sous prétexte, que le service du Seigneur suppose que nous lui consacrions un temps dont nous ne pouvons alors plus disposer pour les autres. Ce qui est faux! Et la révélation chrétienne n'a cessé au fil des temps refusé un tel choix.

Au contraire, elle affirme que l'authentique relation à Dieu Père, en nous libérant de toute aliénation, nous rend pleinement capables de nous ouvrir à ceux et celles que nous découvrons alors comme frères et soeurs.

C'est pourquoi  les deux premiers commandements de la loi de Moïse, qui restent à la base de la loi chrétienne, sont indissociables. Ils expriment le double aspect de l'exigence propre à l'homme renouvelé par la foi. Savez-vous que notre comportement envers nos frères et sœurs est ce qui manifeste la vérité de notre relation à Dieu , comme c'est notre attitude envers le totalement Autre qui garantit l'authenticité de notre amour pour notre prochain?

Au regard de ce qui précède, nous pouvons affirmer que l'Eucharistie voulue par Dieu et célébrée par le Christ et l'Église, c'est l'offrande d'une communauté soudée dans l'amour.

Saint Augustin, évêque d'Hippone, disait: « Le sacrifice le plus glorieux, le plus excellent, qui puisse être offert à Dieu, c'est nous-mêmes, sa cité, et c'est le mystère que nous célébrons dans nos oblations», in La cité de Dieu, L.19,ch.38). La véritable communauté humaine, soudée dans la charité, est la réalité de notre sacrifice, celle où Dieu manifeste sa présence. De quoi nous interroger sur la valeur de notre sacrifice : la vérité de notre amour pour les autres juge l'amour que nous entendons rendre à Dieu.

Oui, mon frère, ma sœur, au soir de notre vie, c'est sur l'amour que nous serons jugés!

 

Bon dimanche et bonne semaine!

 

Pour vous un frère et un pasteur:  Edgar PHONGI MVUBU

 

 

5 novembre

DIMANCHE  5 NOVEMBRE

XXXIème  dimanche ordinaire A : Malheur à ceux qui ont récupéré Dieu à leur profit!

 

La Parole de Dieu de ce dimanche est encore déconcertante! Elle nous pose la question de savoir si la foi chrétienne et=st un opium ou une aliénation. La réponse est NON, si elle est vécue en VÉRITÉ. OUI, sans doute, quand n'en reste plus que l'apparence. Elle se mue alors en ce qui n'est plus qu'une caricature dégradante, routine, habitude!

 

Le risque est continu. À y regarder de très près, la tentation ou le risque de récupérer Dieu ou la religion est toujours présente et menace tous les croyants. Il est tellement facile de vivre dans la bonne conscience, en se posant secrètement comme Dieu. C'est ce que manifeste l'orgueil de tous ceux que l'on appelle «les bien-pensants». Ceux-ci, en effet, peuvent bien utiliser un langage religieux vide de sens. Ils ne font rien d'autre que ce que font tous ceux méprisent leurs frères, parce que se considèrent  comme les détenteurs de la vérité. Ils écrasent de leur orgueil et de leur prétention les gens simples, ceux qui ont soif de spiritualité authentique! De quoi nous remettre en question! Qui sommes-nous vraiment comme chrétiens?

 

C'est alors toute la raison d'être de l'Eucharistie qui devient un appel à nous effacer devant le Dieu qui vient.  S'offrir à Dieu, c'est s'effacer devant lui, en renonçant à nous prétendre nous-mêmes source du bien, en reconnaissant que lui seul est père. Ce renoncement est une véritable mort au désir humain spontané qui nous pousse à nous mettre en valeur. Dieu n'a rien à voir avec une telle caricature du bien, car il est tout amour, un amour qui vient frapper humblement à notre porte. Et en lui répondant par un amour tout aussi humble, nous participons à sa vie et entrons dans la voie du salut!

Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s'élèvera sera abaissé, qui s'abaissera sera élevé.

 

Bon dimanche et bonne semaine!

 

Pour vous un frère et un pasteur:  Edgar PHONGI MVUBU

 

 

 

12 novembre

 

XXXII ème  dimanche ordinaire A : Tendus vers l'avènement du Royaume!

 

Encore le Royaume et toujours le Royaume! C'est dire toute l'importance que revêt le Royaume pour le Christ! Un déjà là et un pas encore! Cherchez d'abord le Royaume de Dieu et sa justice et le reste vous sera donné, dira-t-il!

 

En effet, pour qui a saisi à quel point le Royaume était plénitude venant combler nos aspirations les plus profondes, il devient pratiquement impossible de l'attendre de façon passive. Il faut agir pour le rendre présent au milieu de nous. C'était la mission du Christ. C'est la mission du chrétien.

 

Oui, le chrétien est un homme renouvelé par l'espérance, une espérance qui devient une véritable et active tension qui l'incite à anticiper, dans l'humanité présente, la société de demain. Par dessus tout, elle lui donne aussi de reconnaître dans le monde tous les germes qui, déjà, font pressentir la nouvelle société.

Ainsi le croyant manifeste-t-il, par toute son attitude, le dynamisme dont la source est en Dieu. Il est déjà pénétré d'une vie qui est participation à l'échange trinitaire lui-même.

C'est dans cette perspective que nous pouvons affirmer que l'Eucharistie que nous célébrons nous tourne vers l'avenir.  Elle est annonce du retour du Seigneur et anticipation du festin du Royaume.  C'est pourquoi, elle doit susciter en nous le désir de tout faire pour que ce retour ne nous surprenne pas et devienne un jugement sur le monde, mais une réponse à l'attente de gens prévoyants prêts à recevoir leur maître.

Autrement dit, il est impossible de considérer comme sans importance le plus ou moins grand éveil spirituel de l'humanité. La mesure de sa préparation sera la mesure de sa rencontre de Dieu! Pensons-y!

Par l'Eucharistie, nous sommes invités à accueillir le Seigneur toujours de retour parmi nous.

 

Bon dimanche et bonne semaine!

 

Pour vous un frère et un pasteur: Edgar PHONGI MVUBU

 

XII dimanche ordinaire A -

19 novembre

 

XXXIII ème  dimanche ordinaire A :

Et si au retour du Seigneur, nous aurions à rendre compte des dons qui nous ont été faits!

Oui, s'il en est ainsi, nous y penserons deux fois. Eh oui, il en sera ainsi! À la suite de la parabole des dix jeunes filles du dimanche dernier, Dieu nous redit qu'Il nous appelle à la vie parce qu'il nous aime. Malheureusement, cette belle conviction se traduit quelques fois par la vision d'un créateur débonnaire qui arrangera toutes choses à notre place, sans que nous ne puissions assumer notre part de responsabilité.

En effet, dans leur bonne conscience, bien des gens expliquent qu'ils sont assurés de son paradis, sous prétexte qu'ils ne lui ont fait aucun mal. Oui, tous ,nous pouvons être tentés par ce relâchement qui n'est rien d'autre qu'un mépris du Seigneur et une méconnaissance du sérieux de notre responsabilité. Cela s'appelle laxisme!

À ceux qui sombrent dans un tel laxisme, le Seigneur Jésus répond d'une façon cinglante. Il lance un dur avertissement. Malheur à ceux qui se contentent de peu et qui manifestent ainsi combien ils sont peu éveillés à l'amour.

Autrement dit, tout homme doit développer les dons qu'il a reçus : tel est le sens de la parabole de Jésus. En prenant ici le langage d'un maître dur, soucieux du rendement de  ses biens, le Christ n'entend pas justifier la conception mercantile de la religion qu'il a toujours condamnée. Il veut obliger des gens, toujours tentés par le laisser-aller, à se ressaisir. Dieu attend de nous un rendement! Qu'est-ce alors l'Eucharistie dans un tel contexte?

 

L'Eucharistie devient  un merci à Dieu qui nous a choisis « pour servir en sa présence».  Mais ce service ne doit jamais être compris comme une corvée dont nous aimerions nous dispenser, tant qu'il est difficile et pesant à accomplir. Il s'agit d'accepter avec gratitude la charge qui nous a été confiée, en fonction de nos dons, même s'il nous faut passer parfois par la croix!

 

Bon dimanche et bonne semaine!

 

Pour vous un frère et un pasteur: Edgar PHONGI MVUBU

III e dimanche ordinaire A